Paysage, saveur, et sueur !


 

Jour 1 -4/03/16- heure du réveil 6h00

Voilà nous sommes debout, il est 6h, Virginia est réveillée depuis une bonne heure à cause d’un couple de Russes qui partageait la chambre avec nous et qui n’ont pas été discrets en préparant leurs affaires. Pour ma part je n’ai rien entendu… Le réveil pique un peu mais c’est pour la bonne cause, aujourd’hui direction le parc national Torres del Paine au Chili. (Ah oui, on ne vous a pas dit, on est dans la petite ville de Puerto Natales au Chili ! On vous avait dit de consulter notre itinéraire sur le blog pour être à jour 😉).
Ou j’en étais.. ah oui Torres del Paine. Nous devons prendre un bus qui nous amène à l’entrée du parc le trajet dure environ 2h et on peut vous dire que le paysage est juste magni…. À vrai dire on ne sait pas trop comment il était ce paysage, on a dormi les deux heures… Il fallait bien récupérer de cette nuit passée et celles à venir dans la tente. Une fois à l’entrée du parc la mécanique est bien huilée, on passe un premier guichet pour s’enregistrer, un second pour payer l’entrée, puis on visionne une video sur les règles du parc, et enfin le 3eme guichet pour les réservations des campings dans le parc. Bref un vrai petit business et vu le nombre de bus, on vous assure que tout va bien pour les comptes en banque de Monsieur Del Paine. Après 15 minutes dans une navette, nous arrivons au camping de las Torres au pied de la vallée où on aperçoit le bas des Torres car les nuages cachent les sommets. Nous montons la tente et mangeons avant de prendre la direction du chemin de randonnée. Objectif : monter jusqu’au mirador pour admirer les sommets mythiques de la Patagonie Chilienne. Il y a environ 9km pour arriver en haut et la carte indique 4h de marche. Le début est assez pentu et la fin aussi (environ 345m de D+ sur 3km: avis aux connaisseurs et ceux qui ne le sont pas, renseignez vous 😉). On arrive en haut en à peine 3h, oui on avait le feu au cul et on a bien marché pour avoir le temps d’admirer ce paysage ! La vue est encore une fois sublime. Un lac d’un bleu blanc venant de la fonte du glacier, des sommets indescriptibles bref c’est fou ! Nous restons une bonne grosse demi heure et redescendons doucement. Les jambes sont un peu lourdes mais on se marre toujours autant et ça c’est cool ! On fait une pause gâteau au chocolat beurre de cacahuète une vrai tuerie qui remonte un peu le taux de sucre dans nos corps d’athlètes. Nous avons encore quelques belles montées avant d’arriver au camping. Après 6h de marche aller retour au lieu de 8h soit 18km pour ce premier jour nous sommes cuits mais vraiment contents de cette journée !

Le réveil à 6h + 6h de marche + des pâtes à l’eau sans sel sans beurre sans rien de rien = dodo à 21h30.
Alors bonne nuit et demain pour le J2.

DCIM100GOPROG0291003.

J2-05/03/16- heure du réveil prévue 8h00 – heure de réveil réelle 10h00… Objectif – campamento Frances

Ce matin nous nous levons après une bonne nuit de sommeil hormis les délires nocturnes de Virginia qui pensait avoir entendu un lapin, une souris ou un renard dans la tente… la nuit a été bonne.
Ce matin pas de petit déjeuner de prince : pain et dulce de leche, non rien de tout ça ! Alors si vous aussi, vous vous voulez avoir la chance de déguster le petit déjeuner du trekkeur ,enfin le notre, voici la recette : faire chauffer un peu d’eau, prendre une tasse y verser des flocons d’avoine. Puis verser de l’eau, couper des morceaux de poire, ajouter les dans les flocons avec un peu de confiture de fraise pour sucrer le tout… Sur le papier ça a l’air bon mais en réalité c’est vraiment déguelasse ! On a eu du mal à finir alors qu’on avait vraiment la dale.. Les ventres sont pleins (😷) heure du départ 11h30 pour une journée de marche d’environ 7h.
Premier arrêt au refuge Los Cuernos après 11km et 3h58 de marche. Le chemin est beau et assez plat à part quelques belles côtes qui avec nos gros sacs cassent gentillement les jambes ! On va dire que le plus dur ici c’est le vent, tu es littéralement freiné par le vent presque en position de Mickeal Jackson (voir photo). Le vent est tellement fort qu’il soulève l’eau du lac. Après information le vent souffle à plus de 100km/h et avec des gros sacs et des chemins de montagne c’est clairement le bordel ! Virginia en a payé les frais en allant côtoyer, après une rafale de vent, un rocher. Résultat un petit souvenir sur le poignet du parc, mais rien de bien grave. Moi j’ai failli atterrir dans un buisson mais j’ai échappé de prêt au plat ventre face contre buisson…! C’est vraiment impressionnant, le mistral et la tramontane n’arrivent pas à la cheville de ce vent patagonien.
Petite pause noddles avant de repartir pour la seconde étape de la journée direction le camping Frances et vu le vent ça fait un peu flipper. On se demande comment on va arriver et surtout comment on va dormir. Après une petite heure de marche, nous voila au camping Frances. Nous payons les 13000$ pesos chilien pour y passer la nuit et se doucher. À oui au passage voilà deux jours que nous nous douchons mais sans savon il est resté à l’hôtel ! Quel feignasse ce savon, il redoutait le trek ! Heureusement les lingettes de bébé sont là pour apporter la petite touche de fraîcheur nécessaire. Nous plantons la tente sur un espèce de promontoire aménagé en hauteur ! Le vent souffle toujours autant et une fois à l’abri dans la tente, sans lumière, sans rien, nous avons l’impression d’avoir planté notre tente à côté d’une voie de chemin de fer et qu’une course de TGV est en cours.
J’espère que nous serons tjrs dans la tente demain matin et que rien ne va s’arracher…
En résumé de la journée : 13,5 km pour presque 5h de marche avec des gros sacs, du vent, une petite chute et un petit déjeuner déguelasse. Alors nous avons un mot à dire : vivement demain matin pour qu’on se pète le ventre 😋 !

image

image

J3-06/03/16 heure de réveil 8h00- objectif mirdador del Britanico

Ce matin réveil à 8h et se fut encore une « assez bonne nuit ». Le promontoire en bois est comme même moins agréable que l’herbe. Mais le principale en tente du moins ici en Patagonie c’est de ne pas avoir froid. Ayant comme pyjama : un collant chaud, une grosse paires de chaussettes, un tee-shirt à manche longue technique, ma polaire, ma petite doudoune, et mon bonnet oui oui tout ça pour pouvoir dormir car sinon je me les pèle dans mon duvet pas assez chaud… Pour Virginia comme tjrs tout ok son duvet étant mieux que le mien elle n’est pas trop embêtée par ce point là. Petit déjeuner, on remet les flocons d’avoine, avec poire et confiture de fraise et ma foi je me laisse surprendre par la saveur et je me dis que ce n’est pas si mauvais (si on met la moitié d’un pot de confiture à la fraise dedans). Comme quoi… Tous les voyants sont au vert, hormis Virginia qui a 60 piqûres de moustique sur le corps ( non je suis pas marseillais on les a compté). La journée d’hier a laissé des traces et ma cheville grince un peu dès les premiers kilomètres. Arrivés au mirador del Frances nous décidons de ne pas continuer plus loin pour prendre le temps de profiter de cette super journée ensoleillée et des paysages. Nous nous dirigeons donc vers le camping numéro 3 de Grande Paine. Nous y arrivons vers 15h30 après avoir pris le temps de contempler ces paysages si familiers à la Patagonie : lac, forêts et beaux sommets. Après une petite pause déjeuner, place à la récupération et au étirement. Et au passage grosse sieste pour Lambert et découverte du savon Hermès planqué dans la trousse à pharmacie ! Bonheur et joie de se doucher avec du savon et du savon qui sent siiiiiiii bon ahaha ! (Merci Laurie). Le lieu est plutôt sympa et le cadre somptueux. Demain direction le glacier Grey. Résumé : un bon petit déjeuner, 60 piqûres pour Doudou, une journée de marche d’environ 4h.

image

J4 – 07/03/16 – réveil 8h00 – mirador glacier Grey

Aujourd’hui c’est le dernier jour, et pour fêter ça rien de mieux qu’une boooonnneee petite nuit de merd… Nous nous couchons relativement tôt soit 22h. Je dois m’endormir vers 23h30 quand les voisins de tente à 30 mètres n’ont rien trouvé de mieux à faire que d’accomplir leurs devoirs conjugaux en faisant du bruit… Beaucoup de bruit ! La chica en a fait profiter tout le camping ! Du coup impossible de dormir, jusqu’à 2h30… Puis réveil à 4h20 le vent se lève, et ici comme vous l’avez compris il ne fait pas semblant…du coup j’ai pas fermé l’œil jusqu’au réveil qui était programmé à 6h30. Virginia n’a pas spécialement bien dormi non plus. Personnellement j’aurai pu avoir toutes les raisons du monde d’être de mauvaise humeur après une telle nuit. Mais quand il était 5h, et n’arrivant pas à dormir, j’ai pensé à vous tous…je me suis dit qu’en France il était déjà 9h et que vous deviez tous être assis sur votre siège au boulot pour rempiler une semaine de travail. Je me suis rendu compte de la chance que nous avons d’être là, réveillés au milieu de la Patagonie, au fin fond du monde et même si j’ai pas fermé l’œil je suis l’homme le plus heureux de ce campement ce matin.
Après un bon petit déjeuner (oui les flocons d’avoine finalement on aime ça ! Flocon d’avoine ippipi houra! ) nous partons en direction du lac et du glacier Grey. Nous marchons environ 9km aller retour pour aller voir le glacier malheureusement la météo n’est pas clémente : gros vent et pluie ce qui nous contraint de faire vite. Du coup le bateau était prévu à 18h30 nous le prenons finalement à 12h30. Petit repas pâte et pomme avant d’embarquer qui nous font le plus grand bien ! On a la dale et je pense qu’on va exploser le budget au supermarché en rentrant à Puerto Natales.
Ce retour en bateau nous donne l’impression qu’on était perdu pendant 4 jours sur une île et que quelqu’un vient nous ramener à la civilisation…on est bientôt près pour Koh Lanta.

DCIM100GOPROG0491110.

Nous avons donc passé 4 jours vraiment cool, une excellente expérience à refaire pendant notre voyage ou dans les années à venir (Dad le trek du camp de base de l’Everest se précise haha 😉)

V&L